Vin / foncier viticole : le prix moyen des vignes est en berne, crise sanitaire oblige

Fini l’envolée des prix du foncier viticole ? La crise sanitaire a mis un coup d’arrêt à la hausse des prix des vignes. La SAFER a publié son rapport sur l’activité 2020 concernant les transactions de foncier viticole. Le volume des ventes a touché son plus bas depuis les 30 dernières années. Les prix des vignes n’évoluent cependant peu ou prou selon les régions, marquant ainsi sa résilience face à la crise.

Publié le

Foncier viticole : chute historique des transactions en 2020

Le rapport 2020 de la Fédération Nationale des Sociétés d’Aménagement Foncier et d’Etablissement Rural (FnSafer) confirme que le marché des vignes a chuté. Le volume des transactions ressortant à 8.190 transactions, soit une baisse de 11% par rapport à 2019, le niveau le plus bas jamais atteint depuis près de 30 ans. Au total, 14.600 hectares ont été vendus pour 861 millions d’euros, soit une chute de la vente des surfaces de près de 20%, le tout étant accentué par un fort recul des achats des fermiers en place qui ont préféré exploiter leurs vignes en location.

Prix de l’hectare d’une vigne AOP

Le prix de l’hectare AOP est en hausse de +1,3% en 2020 à 150.500 euros. Une hausse moyenne tout juste au niveau de l’inflation. Il faut remarquer que le repli des prix observé dans la région de Champagne (-1,2%) impacte fortement la moyenne. Cette baisse est liée à la baisse de la consommation et aux moindres demandes à l’export. La concurrence d’autres vins pétillants étant en forte progression.

Prix moyen des vignes en 2020, en euros par hectare

  • Vignes AOP : + 1,3 % à 150 500 euros/ha
  • Vignes à eaux-de-vie AOP : + 6,9 % à 55 400 euros/ha
  • Vignes hors AOP : + 0,9 % à 14 500 euros/ha
    (source : SAFER 2021)

Foncier viticole : des variations de prix marquées selon les régions

Sans tenir compte des vignobles champenois, le prix moyens des vignes AOP bondissent donc de 4,2% en 2020 d’après les derniers chiffres publiés par le rapport qui recense ici ou là des hausses globales comme en Provence et en Vallée du Rhône (+2%), en Bourgogne (+2,6%), en Val de Loire-Centre (+10%) ou à Bordeaux (+9%) tandis que les plus fortes baisses concernent le Languedoc-Roussillon (-1,7%), le Sud-Ouest (-3,9%) mais surtout l’Alsace-Est (-14,1%), un bassin agricole particulièrement fragilisé au niveau des trésoreries de ses exploitations, rendant les acquéreurs sélectifs et prudents, analyse la Safer.

Les appellations renommées en forte hausse

Les appellations prestigieuses profitent de la hausse des prix des vignes. Ainsi, sur les 8190 transactions opérées en 2020, 10 d’entre elles représentent près de 19% du total ! Le plus bel exemple est le vignoble bordelais, avec des appellations cotées (Pauillac, Pomerol, Saint-Julien ou Margaux), en réalité des valeurs refuges par excellence, qui font chuter les appellations génériques dont les consommateurs avaient commencé à se détourner avant même la crise sanitaire.

Vignes à eaux de vie AOP, forte fausse du prix à l’hectare !

Le prix des vignes à eaux-de-vie AOP progressent fortement (+6,9% à 55.400 euros l’hectare). C’est la région du Cognac qui bénéficie de cette forte hausse des prix. La Safer explique cette situation par un contexte porteur avec près de 3.400 hectares d’autorisations de plantations nouvelles accordées en 2020, ce qui a engendré une forte augmentation des créations d’exploitations.

Foncier viticoleBordeauxInvestissement vin

Avis

Vos avis : Vin / foncier viticole : le prix moyen des vignes est en berne, crise sanitaire oblige
2 votes
Notation : 5/5

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.